fbpx

Évènements

Colloque – 10 mars 2023

« La résilience dans tous ses états »

À l’origine, la résilience est un terme de physique qui définit la capacité de résistance d’un corps ou d’un matériau à un choc ou à une déformation. Mais depuis Darwin, l’on sait également que « la capacité des systèmes naturels à résister face aux changements est une caractéristique que l’on appelle la résilience » (Lefebvre-Valiante, 2022).

Dans d’autres contextes, le concept de résilience a été revisité, étendu voire popularisé par différents auteurs dans différents champs, le rendant à la fois complexe, fluctuant, et aboutissant à plusieurs définitions (Cyrulnik, 2012 ; Grané & Forés, 2019 ; Masten & Powell, 2003; Puig & Rubio, 2011 ; Ungar, 2018 ; Vanistendael, 2014).

Préciser les contours de la résilience présente un nouveau un défi pour les chercheurs souhaitant la mobiliser dans leurs disciplines. L’intégration de la résilience dans différents domaines permet de nourrir le débat et d’étendre ce concept vers de nouvelles frontières (Cyrulnik, 2014 ; Grané & Forés, 2019 ; Puig & Rubio, 2011 ; Ungar, 2018; Vanistendael, 2014, 2015).

Aujourd’hui, la résilience touche les sciences humaines et sociales ainsi que les sciences de gestion dans toute leur diversité (e.g. systèmes d’information, entrepreneuriat, marketing, RH, finance, management des organisations, stratégie, innovation, finance, comportement du consommateur, etc…).

On peut dire que la résilience est la capacité d’une personne ou d’un groupe à se développer bien, à continuer à se projeter dans l’avenir, en présence d’événements déstabilisants, de conditions de vie difficiles, de traumatismes parfois sévères (Fondation pour l’Enfance, 2001, p.17). Des apprentissages internes et externes amènent l’être humain ou l’organisation à s’adapter à une nouvelle réalité. Cependant, une cicatrice est toujours présente ; elle fait partie de cette nouvelle vie (Vanistendael, 2015).

L’ensemble des questionnements autour de la résilience en sciences humaines, sociales, et de gestion font émerger plusieurs approches intéressantes. La première est pratique. Face à un contexte de plus en plus incertain, la problématique de la résilience se pose aux différents acteurs. Comment cette résilience s’exprime-t-elle ? Peut-on mettre en évidence des invariants ou encore des trajectoires d’évolution ?  La deuxième est méthodologique. Quelles approches sont pertinentes pour saisir toute la complexité de la résilience ?  La troisième est scientifique et tient dans l’obligation du questionnement du chercheur. La circonscription de ce phénomène dans sa totalité est-elle possible ?

Cet appel à communication interroge l’ensemble des chercheurs sur leur vision de la résilience au regard de leur propre champ disciplinaire, qui est très vaste. Dans quelle mesure l’ampleur de la crise que nous venons de traverser a-t-elle conduit à des changements parfois profonds dans les pratiques de gestion ? Faisons-nous face à des changements transitoires ou bien à des changements pérennes au profit de pratiques plus efficientes (Teneau, 2018; Teneau & Koninck, 2010) ? Ces changements ont-ils vocation à modifier les organisations ou bien les individus ? D’un point de vue méthodologique, quelles approches permettent de saisir les différents aspects de la résilience ?

Bien entendu, ces questionnements ne sont pas exhaustifs et toute autre problématique sera appréciée. Cette journée sera l’occasion de participer à l’enrichissement du débat autour de la résilience.

BIBLIOGRAPHIE
Cyrulnik B. & Jorland G. (2012). La résilience : connaissances de base. Odile Jacob
Cyrulnik B. (2014). La resiliencia en el siglo XXI. In J. Madariaga (Ed.), Nuevas miradas sobre la resiliencia. Gedisa.
Fondation pour l’Enfance (dir.) (2001). La résilience le réalisme de l’espérance, le réalisme de l’espérance, Erès, Paris, 248 pages, https://www.librairiedialogues.fr/livre/354432-la-resilience-le-realisme-de-l-esperance-le-re–fondation-pour-l-enfance-eres
Grané J. & Forés A. (2019). Los patitos feos y los cisnes negros. Plataforma Editorial.
Lecomte J. (2005). Les caractéristiques des tuteurs de résilience. Recherche en soins infirmiers, N° 82(3), 22. https://doi.org/10.3917/rsi.082.0022
Lefebvre J., Valiante, (2022) T.A., Ce que l’épilepsie nous enseigne sur la diversité et la résilience, https://theconversation.com/ce-que-lepilepsie-nous-enseigne-sur-la-diversite-et-la-resilience-184129
Masten A.S. & Powell, J. L. (2003). A Resilience Framework for Research, Policy, and Practice. In S. S. Luthar (Ed.), Resilience and Vulnerability (pp. 1–26). Cambridge University Press. https://doi.org/10.1017/CBO9780511615788.003
Puig G. & Rubio J.L. (2011). Manual de resiliencia aplicada. Gedisa.
Teneau, G., (2018), « Chronologie des modèles de la résilience organisationnelle », Actes du 4ème Congrès Mondial sur la Résilience, 28-30 juin, Aix-Marseille Université, 13-23.
Teneau, G., Koninck, G., (2010), Résilience organisationnelle. Rebondir face aux turbulences, de boeck, Bruxelles.
Ungar M. (2018). Systemic resilience : principles and processes for a science of change. In Ecology and Society 23, 23(4). https://doi.org/https://doi.org/10.5751/ES-10385-230434
Vanistendael S. (2014). Resiliencia: el reto del cambio de mirada. In B. Cyrulnik (Ed.), Nuevas miradas sobre la resiliencia. Gedisa.
Vanistendael S. (2015). La Résilience ou le réalisme de l’espérance : Blessé, mais pas vaincu. Ed. actualisée, Les Cahiers du BICE.

Président

  • DE LAGARDE Olivier

Comité d’organisation

  • CHERUY Clémence
  • ESTARAGUE Justine
  • GUÉNOT Frédérique
  • KASSAR George
  • RIABKO Natalia
  • ROUATBI Amina
  • SALEH Lina
  • BENHOUMANE Ahmed

Comité scientifique

  • AUBERT François (PR, Université Clermont Auvergne)
  • BEN LARBI Sami (MCF-HDR, Université de Toulon)
  • BOISSELIER Patrick (PR, CNAM)
  • BRÉDART Xavier (Associate Professor, Université de Mons -Belgique)
  • BRODIN Oliviane (PR, Université d’Artois)
  • CROS Sophie (PR, Université du Havre)
  • DUFOUR Dominique (MCF-HDR, Université Nice Cote d’Azur)
  • FOLUS Didier (PR, Université Paris Nanterre)
  • HATEM Rjiba (Associate Professor, PSB)
  • HERNANDEZ Emile-Michel (PR émérite, Université de Reims Champagne Ardenne)
  • LEE SIMON Fanny (PR, Université de Rouen)
  • LEVY-TADJINE Thierry (MCF-HDR, Université de Paris 8)
  • LOUIS CÉSAR Ndione (MCF HDR, Université de Reims Champagne Ardenne)
  • MAATI Jérôme (PR, UPVH)
  • MULLER Joël (PR Emérite, Université d’Artois)
  • NEKKA Hadj (MCF-HDR, Université d’Angers)
  • NGAMOE Bob (PR, Université de Douala)
  • RICHOMME-HUET Katia (Kedge)
  • RIOT Elen (PR, Université de Paris 8-Vincennes)
  • RIVET Alain (PR émérite, Université de Limoges)
  • SAADI Samir (Professor, Telfer School of Management, University of Ottawa)
  • VEGANZONES David (Associate Professor, ESCE)
  • WILLIAMS Benjamin (PR, Université de Clermont Auvergne)

08/01/2023 : Deadline de soumission. Envoi des propositions de communication sous la forme d’un résumé (rédigé en français ou en anglais) de 1 à 2 pages dans lesquelles seront précisées la problématique, la méthodologie et les résultats attendus.

10/02/2023 : Décision d’acceptation ou de refus des propositions de communication.

06/03/2023 : Date limite des inscriptions pour le colloque.

10/03/2023 : Date de colloque, en présentiel dans les locaux d’Ascencia La Défense.

01/06/2023 : Les propositions d’articles pour le numéro spécial de LaRSG sont à envoyer au plus tard le 1er juin directement à l’adresse électronique <[email protected]> en respectant les normes de la revue (www.larsg.fr) et en mentionnant dans l’objet Résilience 2023.

Ascencia Business School

La Défense, Grande Arche 1 parvis de la défense, 92800 Puteaux   RER A : La Défense
Métro 1 : La Défense
Tram : T2 La Défense
Bus : 73, 141, 144, 159, 161, 174, 178, 258, 262, 272, 275, 278, 360, 378 : La Défense
Ligne U – L : La défense

Appel à contributions – Numéro spécial de LaRSG

Date limite de soumission : 01/06/2023

« La résilience dans tous ses états »

La résilience n’est pas un phénomène nouveau mais ce concept est de plus en plus mobilisé à l’heure actuelle, en particulier à l’aune des crises. Il est légitime de réaliser un état des lieux pour faire émerger la place de la résilience dans nos sociétés et nos organisations. Plusieurs intérêts de nature différente peuvent alors être soulignés.

Le premier est pratique. Face à un contexte incertain et mouvant, la problématique de la résilience est constamment présente au sein des organisations, quelle que soit leur forme et leur nature ? Comment cette résilience s’exprime-t-elle ? Comment les organisations agissent pour évaluer et rebondir ? Quels sont les facteurs de succès de ces organisations ? Quelle durée faut-il pour que les organisations retrouvent un point d’équilibre ? Quels sont les nouveaux modes de fonctionnement ?

Le deuxième est méthodologique. Quelles sont les approches pertinentes pour saisir les facteurs de résilience. Si l’approche qualitative est utilisée, est-elle la seule à mobiliser ? La conjonction de l’approche qualitative et quantitative est-elle source de progression de la connaissance de ce phénomène ? Des approches multi-niveaux sont-elles souhaitables ?

Enfin le troisième intérêt est scientifique et tient dans l’obligation du questionnement du chercheur.

C’est dans ce cadre que s’inscrit cet appel à contribution. 

La liste thématique n’est pas exhaustive, on peut citer :

  • Changement, transition et transilience
  • Résilience et responsabilité morale des pratiques de gestion
  • Du marketing de masse au marketing de la résilience
  • Résilience numérique (Transformation digitale, data et agilité)
  • Crise et transformation des comportements de consommation
  • Résilience et gestion de la relation client
  • Entrepreneuriat, survie et gestion de la turbulence suivante
  • Changements stratégiques visant à réduire la vulnérabilité de l’organisation
  • Prévention, préparation et gestion de crise
  • Les facteurs de la résilience qui permettent de trouver un état de stabilité
  • Apprentissage post-crise et changements effectués suite aux leçons apprises de la crise
  • Vécu, stress, bien-être, santé au travail et résilience
  • Gestion des ressources humaines et accompagnement du changement / Accompagner le changement en interne
  • Slack et résilience
  • Quête de sens et résilience
  • Systèmes d’information, outils de résilience ?
  • Enjeux de la crise, digitalisation, internationalisation, concurrence et parties prenantes
  • Remise en cause des modèles classiques : organisationnels, comportementaux et choix de vie.
  • Poids de la culture et résilience
  • Résignation et résilience
  • Entrepreneuriat, investissement personnel et résilience
  • Crise financière et résilience
  • Résilience, pratiques comptables et comportements financiers
  • Échec, faillite et résilience
  • Trajectoire et résilience
  • Résilience au sein des collectivités
  • Intégrer la résilience dans la gestion des territoires et des institutions
  • Management public et agilité

Soumission des textes

Les propositions d’articles sont exclusivement réservées aux participants du colloque et sont à envoyer au plus tard le 01/06/2023 directement à l’adresse électronique : [email protected]

  • En respectant les normes de La Revue des Sciences de Gestion (http://www.larsg.fr)
  • En mentionnant dans l’objet « Résilience 2023 ».

Les textes retenus seront publiés dans un numéro (dossier) thématique de la revue.

Les frais d’inscription s’élèvent à 50 euros et comprennent les pauses-café ainsi que le déjeuner.  Ces frais s’appliquent à l’ensemble des participants qu’ils présentent ou non un papier.

Deadline de soumission des propositions de communication est jusqu’à 08/01/2023, et l’inscription est ouverte jusqu’au 06/03/2023 sur la plateforme SciencesConf : https://ascencia2023.sciencesconf.org/

Colloque – 25 février 2022

« Comprendre et agir dans une société en mutation »

Le 25 février dernier s’est tenu le premier colloque de l’année Ascencia Business School à La Défense en partenariat avec La Revue des Sciences de Gestion.

Durant la journée des enseignants-chercheurs ont présenté à tour de rôle leurs papiers au cours de 4 sessions et une table ronde.
Au programme : l’analyse et les enjeux des problématiques sociales et sociétales, les défis des entreprises face à la crise, les nouvelles formes d’organisation du travail, la digitalisation massive ou encore les opportunités de croissance.

En effet ces dernières années ont témoigné de mutations profondes dans nos sociétés et pour les organisations il devient urgent de repenser leurs façons d’agir.

Nous tenons à remercier l’ensemble des membres du comité d’organisation, les membres du conseil scientifique et tous les participants qui ont contribué à la réussite de cet événement.

Une journée placée sous le signe du partage et des belles rencontres.

Président

  • DE LAGARDE Olivier

Comité d’organisation

  • ROUATBI Amina
  • GUENOT Frédérique
  • KASSAR George
  • ESTARAGUE Justine
  • SALEH Lina
  • RIABKO Natalia

Comité scientifique

  • RIVET Alain (PR émérite, Université de Limoges)
  • WILLIAMS Benjamin (Université de Clermont Auvergne)
  • NGAMOE Bob (PR, Université de Douala)CHERUY (MCF, Université Paul Sabatier Toulouse 3)
  • VEGANOZES David (Associate Professeur, ESCE
  • PR FOLUS Didier, (Université Paris Nanterre)
  • DUFOUR Dominique (MCF-HDR, Université Nice Côte d’Azur)
  • HERNANDEZ Emile-Michel, Professeur émérite, Université de Reims Champagne Ardenne
  • LEE SIMON Fanny (PR, Université de Rouen)
  • AUBERT François (PR, Université de Clermont Auvergne)
  • NEKKA Hadj (MCF-HDR, Université d’Angers)
  • MAATI Jérôme (PR, UPVH)
  • MULLER Joël (PR Emérite, Université d’Artois)
  • RICHOMME-HUET Katia (Kedge)
  • NDIONE Louis César , MCF HDR, Université de Reims Champagne Ardenne
  • BRODIN Oliviane (PR, Université d’Artois)
  • BOISSELIER Patrick (PR, CNAM)
  • HATEM Rijba, Associate professor, PSB
  • SAMIR Saadi, Professor, Telfer School of Management University of Otawa
  • BEN LARBI Sami (MCF-HDR, Université de Toulon)
  • CROS Sophie (PR, Université du Havre)
  • LEVY-TADJINE Thierry (MCF-HDR, Université de Paris 8)
  • BREDART Xavier (Associate Professor, Université de Mons-Belgique)

3 janvier 2022

Envoi des propositions de communication sous la forme d’un résumé (rédigé en français ou en anglais) de 1 à 2 pages dans lesquelles seront précisées la problématique, la méthodologie et les résultats attendus aux adresses électroniques suivantes : [email protected]

25 janvier 2022

Décision d’acceptation ou de refus.

Congrès 25 février 2022

  • Envoi des propositions d’article (version complète) : 1 juin 2022
  • Retour des évaluations et notification des décisions aux auteurs : 30 septembre 2022
  • Dépôt des articles révisés (2ème tour d’évaluation) : 15 novembre 2022
  • Dépôt des versions finales : 17 décembre 2022

21 février 2022

Date limite des inscriptions

Inscription ouverte jusqu’au 21 février 2022

Les frais d’inscription à ce colloque s’élèvent à 50 euros et comprennent les pauses-café ainsi que le déjeuner. Ces frais s’appliquent à l’ensemble des participants qu’ils présentent ou non un papier.

Le format de ce colloque est hybrique (présentiel et distanciel)

Envoi des propositions

[email protected]

Les accès

  • RER A : La Défense
  • Métro 1 : La Défense
  • Tram : T2 La Défense
  • Bus 73, 141, 144,159,161, 174, 178, 258, 262, 272, 275, 278, 360, 378 : La Défense
  • Ligne U – L : La Défense

Appel à contributions – Numéro spécial de la Revue des Sciences de Gestion (FNEGE 4)

Date limite de soumission : 01/06/2022

Comprendre et agir dans une société en mutation

Les crises sont des facteurs d’opportunités et de dangers. Celle du COVID 19 n’échappe pas à cette règle. Les organisations doivent faire face à de nouveaux défis et les mutations à envisager touchent l’ensemble des disciplines de la gestion : l’entrepreneuriat, le marketing, la finance, la RH, la logistique.

Quelle que soit l’approche théorique (détérministe versus volontariste) ou méthodologique (qualitative et/ou quantitative) mobilisée ou encore le niveau d’analyse étudié (exogène, endogène), les chercheurs sont toujours confrontés à la réalité complexe et protéiforme du changement et doivent s’interroger à la fois sur les causes de ce changement mais aussi à ses conséquences sur les acteurs.

C’est dans ce cadre que s’inscrit cet appel à contribution. La liste des questions n’est pas exhaustive, on peut citer :

  • Les mutations dans la politique de gestion des RH
  • Les mutations technologiques et leur impact sur les organisations ?
  • L’évolution de la culture entrepreneuriale
  • La diversité, le genre et la performance
  • Crise, légitimité et développement durable
  • Crise résilience et moyens de communications (nouvelles formes et approches de communication)
  • Crise et réseaux sociaux
  • Comportements des acteurs de la finance
  • Investissement et crise
  • Marchés financiers, nouvelles tendances et crise
  • Innovations technologiques et organisationnelles
  • Gestion des innovations et défis internationaux en temps de crise
  • Les impacts psychologiques et économiques de l’incertitude, des crises et des mutations ?
  • La résistance des acteurs aux mutations et les facteurs culturels
  • Innovations numériques et enseignement
  • Santé au travail y compris la santé mentale
  • Souffrance au travail (le réel et le ressenti…)
  • Le droit des contrats de travail et la responsabilité de l’employeur ?
  • Quelles sont les conditions de la pérennité des entreprises et les vecteurs de leur survie ?
  • Quel est le devenir des entreprises après l’échec, la défaillance ?

S’intéresser aux mutations présente un triple intérêt

  1. Le premier est pratique. Face à un contexte de plus en plus incertain et complexe, la problématique de la résilience des entreprises et des acteurs est constamment présente au sein des organisations quelle que soit leur forme ou nature. Comment cette résilience s’exprime-t-elle ? Peut-on mettre en évidence des invariants ou encore des trajectoires de mutation.
  2. La deuxième est méthodologique. Quelles approches sont pertinentes pour saisir toute la complexité. L’approche quantitative a été largement utilisée. D’autres méthodologies peuvent elles être envisagées ? Un croisement des approches qualitatives et quantitatives serait-il de nature à enrichir la compréhension de ces phénomènes ?
  3. Le troisième est scientifique et tient dans l’obligation du questionnement du chercheur. Comment circonscrire ce phénomène dans sa totalité ?

Soumission des textes

Les propositions d’articles sont à envoyer au plus tard le 01/06/2022 à [email protected] 

  • en respectant les normes de la Revue des Sciences de Gestion https://www.larsg.fr/
  • en mentionnant dans l’objet « Comprendre et agir dans une société en mutation. »

Accéder à la plateforme : ici

Les textes retenus seront publiés dans un numéro (dossier) thématique de la Revue de Sciences de Gestion.

L’échéancier suivant est proposé

Envoi des propositions d’article (version complètes) : 1 juin 2022

Retour des évaluations et notification des décisions aux auteurs : 30 septembre 2022

Dépôt des articles révisés (2ème tour d’évaluation) : 15 novembre 2022

Dépôt des versions finales : 17 décembre 2022

Colloque – 25 juin 2021

« Blockchain & Education »

Parrainé par notre Conseil scientifique et organisé en partenariat avec Smart Chain et Ipocamp, ce colloque hybride s’est déroulé au sein de notre campus de la Grande Arche de la Défense.

Colloque – 2 mars 2021

« Blockchain Technology & Value Chain Performance »

Le 2 mars 2021 Ascencia Business School a organisé son premier colloque. Le programme de la matinée fut consacré aux travaux de recherche rédigés par le Comité Scientifique d’Ascencia, ainsi que des experts chercheurs, et nos étudiants internationaux du programme doctorant d’Ascencia Business School.

L’après-midi, des tables rondes avec 7 intervenants issus de l’environnement de la blockchain et des cryptomonnaies ont été organisées. Celles-ci étaient ouvertes à l’ensemble des étudiants du Collège de Paris.

?
?